Jour 2

Deuxième jour,

Ce matin en partant de Pagny la Ville, une première galère vient frapper à la porte et ce dès le bivouac de départ : Titi le chien d’un promeneur, a décidé que si lui ne pouvait nous accompagner directement jusqu’à Barcelone, une petite partie de son être ferait le voyage à nos côtés. Ainsi s’est-il soulagé dans la saccoche de notre petite reine, Alexandrine.

Les galères d’ailleurs, elles, commencent à arriver, doucement mais sûrement elles s’accumulent dans nos muscles et dans nos êtres. Rien qui ne saurait venir perturber la volonté de notre petit groupe, mais qui ne fait que ressentir la folie du projet d’un plus près.

Cette péripétie canine passée, nous pensions partir à quatre, mais par un prompt renfort, nous nous vîmes cinq. C’est que notre ami belge Olivier, rencontré la veille et son chemin confondant le notre, s’est naturellement et très humainement joint à notre étape du jour (du moins sur une grande majorité de celle-ci).

Ensemble, nous avons causés de tout et de rien, nous avons refait notre monde juchés sur nos destriers de carbone mais surtout nous avons partagé une expérience que seul ce genre de situation peut offrir.

Cette journée éreintante se termine dans un cadre idyllique, sur un bord d’étang à St Eusene, à se remémorer son déroulé autour d’un solide apéritif francomtois et de rires à effrayer la faune locale. Ainsi cette étape est à l’image de ce que ce type d’expédition peut être, à savoir un manège de bas, de haut puis de bas et de haut mais qui semble toujours se finir sur le même constat : amitié partage et solidarité changent l’impact des bons comme des mauvais moments.

Un très grand merci à Olivier et à Titi !